France: le nouveau parti d'Édouard Philippe perturbe les équilibres de la majorité

·1 min de lecture

« Je veux aider Emmanuel Macron à élargir sa base », assure Édouard Philippe dans le Journal du Dimanche, au lendemain du lancement devant 2 500 personnes de son parti politique. Avec Horizons, l’ancien Premier ministre prend date pour la suite. Pour la présidentielle de 2027, mais avant cela, pour les élections législatives de 2022 qui auront lieu deux mois après la présidentielle. Une initiative qui - en coulisse - agace certains au sein de la majorité présidentielle.

Édouard Philippe l’assume : « Un parti a vocation à présenter des candidats. » Dans son viseur : les élections législatives de juin 2022. L’actuelle majorité est essentiellement composée de deux partis : la République en Marche et le Modem, la formation de François Bayrou.

En créant son parti, Édouard Philippe veut se faire une place à la table des négociations, notamment lorsqu’il faudra désigner les candidats aux législatives et se partager les circonscriptions.

À écouter : Édouard Philippe, en campagne lui aussi

Menace pour Macron

C’est cela ce qui suscite la méfiance des cadres de l’actuelle majorité. « S’il veut 100 circonscriptions pour son parti, ça va poser un problème », s’agace en privé un ministre, alors que les députés ont peur de perdre leur place.

« Édouard Philippe joue le rapport de force », explique un député. Il installe une concurrence au sein même de la Macronie : son poids politique et sa popularité en font une menace. C’est pour cette raison que La République en Marche et le Modem essayent péniblement de s’unir en créant une « confédération ». Elle servira à renforcer la majorité, mais aussi à contrecarrer l’initiative d’Édouard Philippe.

À lire aussi : Présidentielle française: Édouard Philippe, quelle valeur ajoutée pour Emmanuel Macron ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles