La France n'écarte pas un retrait de ses forces spéciales du Burkina Faso

RFI/Olivier Fourt

Dans un entretien au Journal du Dimanche, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, n'a pas écarté un départ des forces spéciales françaises basées au Burkina Faso. Le contingent français installé dans la périphérie de Ouagadougou a eu ces dernières années un rôle clé dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

La révision de la stratégie générale de la France en Afrique interroge toutes les composantes, « y compris les forces spéciales », a indiqué le ministre dans les colonnes du JDD. Dans l’entourage du ministre, on estime que dès lors que la présence de Sabre n'est pas secrète, « il n'y a pas de raison de ne pas en parler ». Avec cette interview, le ministre met donc le départ des forces spéciales sur la table.

Dans le pays, la présence française a été vivement critiquée ces dernières semaines lors de manifestations antifrançaises à Ouagadougou. Et ces protestations ont été suivies de vives critiques du Premier ministre du Burkina Faso à l'égard des partenaires internationaux. « Les relations n'ont pas toujours été loyales », a-t-il lancé lors de son discours de politique générale, sans citer de pays.


Lire la suite sur RFI