France: mouvement de grève très suivi à la RATP, mais peu de manifestants dans les rues

AFP - THOMAS SAMSON

La grève à l'appel de tous les syndicats de la RATP a fortement perturbé ce jeudi 10 novembre la circulation des métros et RER parisiens, un impact qui contrastait avec la faible mobilisation de la journée d'action nationale organisée en parallèle par la CGT.

Le chaos a cependant été évité dans la matinée en Ile-de-France, où beaucoup de salariés avaient visiblement suivi les recommandations de faire du télétravail. D'autres ont choisi la marche, le vélo, la voiture ou un jour de congé. Cinq lignes étaient fermées (2, 8, 10, 11 et 12), les autres ne roulant qu'aux heures de pointe, avec un service fortement dégradé.

Un mouvement organisé par la CGT

L'ensemble des syndicats (CGT, FO, Unsa, Solidaires) de la RATP avaient appelé de longue date à la mobilisation pour demander des hausses de salaires et une amélioration des conditions de travail. Parallèlement, la CGT avait organisé, seule, une nouvelle journée nationale de mobilisation interprofessionnelle sur les salaires, même si dans certains départements, elle était rejointe par la FSU et Solidaires.

« Il y a un vrai problème de pouvoir d'achat dans ce pays, il n'y a qu'en augmentant les salaires qu'on pourra le régler », a martelé le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, dans le défilé de Nîmes, où il s'était rendu à la rencontre des grévistes du CHU.

Peu de manifestants dans les rues

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI