France: la mortalité «massive» des oursins noirs de Guadeloupe inquiète

En Guadeloupe, les experts de la biologie marine s'inquiètent d'une mortalité massive qui touche les oursins diadèmes. Cette espèce herbivore, primordiale pour l'équilibre des écosystèmes coralliens, avait déjà été décimée dans les années 80 par une mystérieuse maladie. Un scénario similaire semble se produire.

Chez les oursins diadèmes, c'est l'hécatombe. En l'espace d'une semaine, les plongeurs de la côte Ouest de Basse-Terre, en Guadeloupe, ont vu ces hérissons des mers perdre soudainement leurs longues épines noires. Les biologistes, eux, n'ont rien vu venir.

L'attaque a été si fulgurante qu'ils n'ont pas eu le temps d'identifier le mal responsable. Une vaste campagne d'échantillonage vient dont d'être lancée. Le site internet de l'AGRRA permet, aux plongeurs, de signaler d'autres morts d'oursins.

Il s'agirait à première vue d'une épizootie - maladie contagieuse qui frappe les animaux, et qui toucherait l'ensemble des Caraïbes. Les Iles Vierges, plus au Nord, avaient déjà tiré la sonnette d'alarme en février. Depuis, la Jamaïque, la Dominique, St Vincent et la Martinique font le même constat.

Cette disparition inquiétante ne présage rien de bon pour le récif corallien. L'oursin diadème, une espèce herbivore, empêche les algues d'envahir les coraux. Selon le laboratoire de Biologie des organismes et des écosystèmes aquatiques (BOREA), il ne resterait plus que 20 à 30 % de coraux vivants dans la région.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles