France: le MoDem prépare un texte instaurant la proportionnelle dès 2022

·2 min de lecture

Alors que François Bayrou et le MoDem ont mobilisé les chefs de parti et envoyé une lettre au président Emmanuel Macron jeudi 4 février, le parti centriste travaille aussi à l’Assemblée nationale pour présenter un texte instaurant une dose de proportionnelle en France dès les législatives de 2022. Le parti veut désormais convaincre la majorité de passer le pas, avant même la réponse du chef de l’État.

Et si le MoDem parvenait à arracher la proportionnelle ? Depuis quelques jours, plusieurs de ses membres s’affairent dans l’Assemblée nationale, dont le député Erwan Balanant, qui le confirme : le MoDem prépare un texte. Problème : il lui faut une majorité et les parlementaires de la République en Marche (LREM) sont divisés.

« Il y en a un certain nombre qui y sont farouchement opposés et d’autres, farouchement en accord avec nous, explique-t-il à RFI. Cela ne fait peut-être pas une majorité, mais c’est justement le travail qu’on est en train de faire maintenant : essayer d’emporter cette majorité. »

« Le problème ce n’est pas pour ou contre la proportionnelle, mais plutôt quand et comment », décrypte quant à elle Marie Guévenoux (LREM). Car dans la majorité, beaucoup s’inquiètent du timing en pleine crise sanitaire et de l’ampleur de la réforme : « si c’est plus de 20% de proportionnelle, pour moi c’est non », résume-t-elle.

Alors pour tenter de remporter son pari, le MoDem regarde plus loin : vers l’extrême-droite et vers l’extrême-gauche, et rencontre plus de succès. « Bien sûr, nous sommes très favorables à la proportionnelle, affirme Mathilde Panot, députée La France insoumise. Donc oui, nous allons étudier sérieusement le texte qui serait présenté et oui, il est possible que nous le votions. »

Mais les Insoumis ne suffiront pas et le MoDem le sait, sans les LREM, c’est quasi impossible. Alors pour les embarquer dans l’aventure, ils ont un espoir : Emmanuel Macron, dont c’était une promesse de campagne. « C’est peut-être là où on attend une fumée blanche », explique Erwan Balanant.

Le MoDem se donne encore quelques semaines avant de déposer son texte.

À lire aussi : Élections régionales en France : les casse-têtes de LaREM