En France, ces millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim

Plus de trois millions de personnes avaient recours à l'aide alimentaire fin 2021, selon l'Insee.  - Credit:ALAIN JOCARD / AFP
Plus de trois millions de personnes avaient recours à l'aide alimentaire fin 2021, selon l'Insee. - Credit:ALAIN JOCARD / AFP

Forcés de sauter des repas, de manger moins pour nourrir leurs enfants… L’Insee dresse le portrait des plus précaires qui ont recours à l’aide alimentaire.

Entre 3,2 et 3,5 millions de personnes avaient recours à l'aide alimentaire fin 2021, estime l'Insee. L'institut de statistiques a mené une enquête en novembre dernier auprès de 4 500 bénéficiaires, publiée ce mardi 22 novembre dans son « portrait social 2022 » de la France. Et quatre personnes sur cinq interrogées indiquent souffrir de privations alimentaires. Plus de la moitié a peur de manquer de nourriture, 49 % disent réduire les quantités ou sauter des repas pour s'en sortir. Un tiers se couche en ayant faim, et autant réduisent la part des adultes pour mieux nourrir les enfants.

Une population « qui vit souvent dans une grande précarité et cumule les difficultés », observe Thomas Lellouch, directeur de projet sur les statistiques de la grande pauvreté à l'Insee. Avec un niveau de vie moyen de 637 euros – un tiers du revenu médian –, les bénéficiaires d'aide alimentaire sont parmi la frange la « plus pauvre des pauvres », notent les auteurs de l'étude. Mais pas seulement : 5 % des personnes ayant besoin d'aide pour se nourrir sont au-dessus du seuil de pauvreté.

À LIRE AUSSI Devant les banques alimentaires, la détresse des étudiants

L'impact du Covid-19

Loin de l'image de la soupe populaire, l'écrasante majorité des bénéficiaires (86 %) a un logement ou est hébergée par des proches. Seuls 4 % sont sans abri. Une proportion similaire bénéficie d'autres formes d'aides pour tenir (chèque alimentaire, prestations sociales…), mais 16 %, notamment des immigrés [...] Lire la suite

VIDÉO - Manger tard pourrait vous donner encore plus faim