En France, des milliers de manifestants défendent les langues régionales

·1 min de lecture
À Colmar, les manifestants se sont rassemblés pour afficher leur soutien à l'Alsacien, leur langue régionale, ce samedi.

Aux quatre coins de l’Hexagone, des milliers de personnes ont défilé pour soutenir « l’enseignement immersif » en langues régionales, ce samedi.

Guingamp, Colmar, Bastia… Des milliers de personnes ont manifesté en France, ce samedi 29 mai, pour défendre « l'enseignement immersif » en langues régionales, censuré par le Conseil constitutionnel. « Les gens sont là parce qu'ils ont peur que les écoles associatives soient fermées. La décision du Conseil constitutionnel pourrait leur enlever tout leur financement », a alerté le député du Morbihan Paul Molac (Libertés et Territoires), présent parmi les 6 000 manifestants bretons (10 000, selon les organisateurs). Cette décision remet en cause « une méthode pédagogique utilisée depuis plus de 50 ans », a ajouté l'élu auprès de l'Agence France-Presse.

Paul Molac est l'auteur de la loi sur les langues régionales, votée le 8 avril à l'Assemblée et retoquée partiellement le 21 mai par le Conseil constitutionnel. Les sages ont censuré la méthode immersive à l'école ainsi que l'utilisation de signes diacritiques comme le tilde (~) dans les actes de l'état civil. « On est dans une impasse, pour en sortir il faut modifier la Constitution », a réclamé Yann Uguen, président des écoles associatives d'enseignement immersif en breton Diwan. L'immersion correspond à un enseignement effectué pour une grande partie du temps scolaire dans une langue autre que le français. « C'est une régression, car c'est le principe même de l'enseignement immersif d'une langue régionale qui a été déclaré inconstitutionnel », a pour sa part déclaré Claude Froehlicher, président de l'association de parents d'élèves Eltern Alsace, à Colmar. [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles