France: des membres de la diaspora sénégalaise manifestent contre la "dictature de Macky Sall"

"Au Sénégal de Macky Sall, dire non = prison": quelques centaines de membres de la diaspora sénégalaise ont manifesté samedi à Paris à l'appel du parti de l'opposant Ousmane Sonko pour dénoncer les "dérives autoritaires" selon eux du président sénégalais Macky Sall.

Les manifestants se sont rassemblés  à l'appel du parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (Pastef), présidé par Ousmane Sonko, principal opposant à M. Sall, a constaté une journaliste de l'AFP.

M. Sonko est candidat déclaré à celle de février 2024.

Un autre acteur, le président Macky Sall lui-même - élu en 2012 pour sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans - entretient le flou sur son intention de passer outre ou non aux objections constitutionnelles et de briguer un troisième mandat.A

Scandant les slogans "Macky Sall le dictateur", les manifestants ont aussi crié les noms de membres du Pastef actuellement emprisonnés au Sénégal. Selon le Pastef, au moins 102 de ses membres sont détenus pour délits d'opinion.

"On est en train de vivre une dictature au Sénégal", déplore à l'AFP Pape Alioune Gueye, 35 ans, comptable. "Macky Sall nous a vendu du rêve en 2012 avec un programme, et depuis, il mène une campagne de détournement des deniers publics et de bafouement des libertés".

"C'est aujourd'hui plus que jamais qu'il faut se mobiliser" au Sénégal et "à l'international" contre une éventuelle candidature de M. Sall à un troisième mandat, "car en plus de cela, Macky Sall enferme les journalistes, les opposants politiques, empêche les manifestations pacifiques", dénonce samedi Moulaye Aidara, enseignant franco-sénégalais de 52 ans et cadre du Pastef.

Dans le rassemblement, était brandie une  pancarte: "Alors MARINE, l'argent des Sénégalais n'a pas d'odeur ?".

Vendredi, l'ex-Premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré a été inculpé de diffusion de "fausses nouvelles" et placé sous contrôle judiciaire après avoir demandé au président Macky Sall dans une lettre ouverte de confirmer ou infirmer qu'il a donné 12 millions d'euros à une "personnalité politique française" dont le parti se distingue "par la haine et le rejet de l'autre".

Macky Sall a reçu le 18 janvier la cheffe de file de l'extrême droite française Marine Le Pen, du parti Rassemblement national (RN). M. Soumaré ne la nomme pas dans sa lettre. Mais le gouvernement sénégalais a cité son nom en démentant, mardi, tout don à Marine Le Pen.

"On sait ce que ce parti (RN, NDLR) représente pour nous les immigrés en France... et recevoir une personne comme cela, je pense que Macky Sall est en train de jouer au poker en misant sur des acteurs politiques en France qui ne sont pas en notre faveur", a critiqué samedi M. Aidara.

Le 21 février, la justice sénégalaise a maintenu le renvoi d'Ousmane Sonko devant un tribunal pour "viols et menaces de mort" présumés. M. Sonko est par ailleurs poursuivi par le ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang pour "diffamation, injures et faux". Le procès prévu jeudi pourrait être déterminant pour sa candidature en 2024.

lp/rhl