Publicité

France: la majorité salue «la méthode Attal», les oppositions dénoncent

Trois semaines après sa nomination comme Premier ministre, c’était ce mardi après-midi que Gabriel Attal prononçait son discours de politique générale devant les députés. Un discours lors duquel il a dévoilé son cap et ses chantiers prioritaires. Si la majorité a salué cette prise de parole, les oppositions de droite comme de gauche sont unanimes pour critiquer la « méthode Attal ».

C’est par un hommage à la France des artisans, des pêcheurs, des élus locaux, bref, la France rurale que Gabriel Attal débute sa longue déclaration de politique générale. Le chef du gouvernement fait l’éloge de l’exception agricole française sans annonce majeure pour les agriculteurs. Il faut, dit-il, « débureaucratiser, déverrouiller, désmicardiser la France » en référence au SMIC, le salaire minimum.

Mais rapidement, Gabriel Attal met sa casquette de chef de la majorité. « Ma porte reste ouverte », lance t-il, imperturbable, aux oppositions qui font du bruit. À cinq mois des élections européennes, il prononce 23 fois le mot souveraineté et cible l’extrême droite, l'accusant de soutenir un « Frexit déguisé ».

Gabriel Attal conclut son discours en évoquant son orientation sexuelle. « Être Français en 2024, c’est pouvoir être Premier ministre et ouvertement homosexuel ». Une touche de modernité qui ne convainc pas le patron du groupe socialiste Boris Vallaud qui lui lance à la tribune « Vous êtes le jeune visage du vieux monde ».

À gauche également on ne retient que la dérive droitière du Premier ministre. Alexis Corbière, député LFI : « Pourquoi changer de Premier ministre ? Et un ministre si jeune pour un discours si vieux, si conservateur, si réac ».


Lire la suite sur RFI