France: une magistrate va être nommée à la tête de «la police des polices»

Une magistrate à la tête de « la police des polices ». Agnès Thibault-Lecuivre doit être nommée directrice de l'IGPN, l'Inspection générale de la police nationale, par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin en Conseil des ministres ce mercredi 20 juillet. Une première pour une institution qui a toujours été dirigée par des policiers.

C'est une petite révolution qui fait grincer des dents du côté des syndicats policiers les plus marqués à droite, comme Alliance, où l'on a l'habitude de dire que « le problème de la police, c'est la justice ».

Pour la première fois, une personnalité issue du corps judiciaire, Agnès Thibault-Lecuivre, va diriger « la police des polices », traditionnellement gérée par des commissaires, d'après une information du Parisien confirmée par l'AFP.

Cette nomination intervient alors que l'institution est régulièrement sous le feu des critiques, accusée notamment de manquer d'indépendance dans les dossiers de violences policières.

L'idée de nommer une personnalité indépendante était d'ailleurs ressortie du Beauvau de la sécurité fin 2020, après l'affaire Zecler, ce producteur de musique roué de coups lors de son interpellation à Paris.

À lire aussi Tabassage de Michel Zecler: détention provisoire requise contre trois policiers

Une nomination surtout symbolique

À 41 ans, celle qui a été chargée de la communication de l'ex-procureur de Paris, François Molins, lors des attentats de 2015, a la réputation d'être une magistrate de consensus et pas du tout « anti-flic ».


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles