La France de Macron, une “anxiocratie”

Courrier international

“Sous Macron, la France est devenue une ‘anxiocratie’”. Voilà ce qu’affirme le journaliste Gavin Mortimer sur le site britannique CapX. Dans une sorte de bilan provisoire des années Macron, ce rédacteur du Spectator, jamais tendre avec le président de la République, précise ainsi que ce terme “décrit ce sentiment d’angoisse perpétuelle dans lequel vivent les Français depuis l’arrivée au pouvoir de Macron en mai 2017”.

Depuis cette date, la France n’est effectivement quasi jamais revenue à son état d’origine : l’état d’urgence en vigueur après la vague d’attentats islamistes à partir de 2015 n’a pris fin qu’au prix de la traduction en droit commun de dispositions clés restreignant les libertés ; la longue et violente crise des “gilets jaunes” a duré jusqu’à être remplacée par la crise sanitaire du Covid-19 avec sa rhétorique guerrière et un état d’urgence sanitaire. Celui-ci n’a pris fin qu’à l’été 2022, alors que la guerre faisait rage en Ukraine et qu’Emmanuel Macron a marqué ses compatriotes par son annonce d’un hiver dur et son appel à accepter de “payer le prix de la liberté”.

La crise de l’énergie vient s’ajouter à la liste dressée par le journaliste, avec son lot de communication anxiogène et la reprise des désormais célèbres “conseils de défense” à l’Élysée.

Un moyen de maîtriser les réfractaires

‘Protection’ est ainsi devenu un mantra de la présidence Macron. C’est un mot que lui et son gouvernement brandissent sans cesse pour justifier leurs actes. Et il a de l’effet sur une partie de la population, les plus âgés en particulier, qui sont la catégorie sociale la plus fidèle au président. Mais à la majorité des Français, il n’arrache guère qu’un soupir d’exaspération.”

Conséquence : plus généralement, soutient le journaliste, les Français en ont assez d’une politique vécue comme punitive. Il conclut :

“Si Macron ne s’est jamais attiré la sympathie des Français, c’est d’abord à cause de l’absence chez lui de joie de vivre*. Son ascétisme les met mal à l’aise : ici, on aime voir plus d’entrain et de passion chez un président. Mais Macron se voit en protecteur des Français, et il est convaincu que l’‘anxiocratie’ permanente est le moyen le plus efficace de maîtriser son peuple réfractaire.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :