France: Mélenchon met fin au débat, il reste le chef du parti LFI

La crise est-elle finie à LFI ? C'est ce qu'espèrent ses dirigeants après l'assemblée représentative qui avait lieu ce week-end dans le bois de Vincennes, au sud-est de Paris. Une réunion du parlement de La France insoumise en quelque sorte, destinée à tourner la page de la défaite des européennes et à répondre aux critiques sur le manque de démocratie interne. Une réorganisation du mouvement a été actée.« Je suis stupéfait de voir que c'est à moi qu'on demande de s'en aller. » Jean-Luc Mélenchon a levé toute ambiguïté : hors de question qu'il se mette en retrait du mouvement.Une bonne nouvelle pour ce jeune militant, qui confie : « Il n'y a pas de tête à couper, bien sûr qu'il a toute sa place dans le mouvement ! Non pas que La France insoumise, c'est lui, mais il est une composante majeure à prendre en considération. »Les dirigeants de LFI ont toutefois dû faire des concessions pour apaiser les mécontents : la création d'une instance de débat, ou encore la nomination d'un coordinateur, Adrien Quatennens, un fidèle de Jean-Luc Mélenchon.Pour Emilie Marche, conseillère régionale, tout cela va dans le bon sens. « On ne veut pas être un parti politique traditionnel, on est un mouvement. C'est sûr qu'on se construit au fur et à mesure, on essaie d'inventer, d'être créatifs. Et au fur et à mesure, on ajuste », dit-elle.Mais certains dénoncent déjà une usine à gaz. Le choix d'Adrien Quatennens fait aussi débat. Selon l'ancien candidat aux Européennes, Sergio Coronado, Jean-Luc Mélenchon ne l'a évidemment pas nommé par hasard.« Oui, c'est une promotion des proches, confirme-t-il. Jean-Luc Mélenchon, à ceux qui pensaient, qui souhaitaient, qui critiquaient, qui aspiraient qu'il s'éloigne, qu'il se désintéresse de La France insoumise, c'est un signal qui est assez clair en fait ; il gardera un œil très attentif sur l'évolution de La France insoumise. »Pour l'instant, le dirigeant des insoumis a demandé à ses troupes de se concentrer sur les municipales. Un nouvel échec et ce serait sans doute la fin de LFI.

La crise est-elle finie à LFI ? C'est ce qu'espèrent ses dirigeants après l'assemblée représentative qui avait lieu ce week-end dans le bois de Vincennes, au sud-est de Paris. Une réunion du parlement de La France insoumise en quelque sorte, destinée à tourner la page de la défaite des européennes et à répondre aux critiques sur le manque de démocratie interne. Une réorganisation du mouvement a été actée.

« Je suis stupéfait de voir que c'est à moi qu'on demande de s'en aller. » Jean-Luc Mélenchon a levé toute ambiguïté : hors de question qu'il se mette en retrait du mouvement.

Une bonne nouvelle pour ce jeune militant, qui confie : « Il n'y a pas de tête à couper, bien sûr qu'il a toute sa place dans le mouvement ! Non pas que La France insoumise, c'est lui, mais il est une composante majeure à prendre en considération. »

Les dirigeants de LFI ont toutefois dû faire des concessions pour apaiser les mécontents : la création d'une instance de débat, ou encore la nomination d'un coordinateur, Adrien Quatennens, un fidèle de Jean-Luc Mélenchon.

Pour Emilie Marche, conseillère régionale, tout cela va dans le bon sens. « On ne veut pas être un parti politique traditionnel, on est un mouvement. C'est sûr qu'on se construit au fur et à mesure, on essaie d'inventer, d'être créatifs. Et au fur et à mesure, on ajuste », dit-elle.

Mais certains dénoncent déjà une usine à gaz. Le choix d'Adrien Quatennens fait aussi débat. Selon l'ancien candidat aux Européennes, Sergio Coronado, Jean-Luc Mélenchon ne l'a évidemment pas nommé par hasard.

« Oui, c'est une promotion des proches, confirme-t-il. Jean-Luc Mélenchon, à ceux qui pensaient, qui souhaitaient, qui critiquaient, qui aspiraient qu'il s'éloigne, qu'il se désintéresse de La France insoumise, c'est un signal qui est assez clair en fait ; il gardera un œil très attentif sur l'évolution de La France insoumise. »

Pour l'instant, le dirigeant des insoumis a demandé à ses troupes de se concentrer sur les municipales. Un nouvel échec et ce serait sans doute la fin de LFI.