France: LREM devient «Renaissance», au sein d'une confédération pour les législatives

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le parti d'Emmanuel Macron, La République en marche (LREM), a officiellement changé de nom ce jeudi 5 mai. Il s'appellera désormais « Renaissance ». En vue des législatives, les différents partis de la majorité se regroupent par ailleurs dans une confédération baptisée « Ensemble », avec Horizons, le parti d'Édouard Philippe, et le MoDem de François Bayrou.

Il s'appellera « Renaissance ». Stanislas Guérini, jusqu'ici délégué général de LREM, parle en conférence de presse d'un nouveau « parti populaire qui a vocation à être ouvert », aux citoyens et aux élus « d'où qu'ils viennent », pour « toujours faire le choix des Lumières contre l'obscurantisme ».

Renaissance était le nom de la liste macroniste aux européennes 2019. Ce sera désormais le nom de la formation d'Emmanuel Macron, « fidèle à la volonté du président de la République », « fidèle à ce que nous faisons sur la scène européenne », selon les termes de M. Guérini.

Nous initions aujourd'hui un mouvement de refondation de La République en marche pour pouvoir continuer à élargir ce mouvement politique qu'a créé le président de la République Emmanuel Macron il y a un peu plus de six ans dans un parti politique qui portera le nom de Renaissance.

Aux législatives, la majorité se regroupe par ailleurs dans une confédération baptisée « Ensemble ». Horizons, le parti d'Édouard Philippe, a obtenu 58 candidats, tandis que le MoDem de François Bayrou en aura entre 101 et 110, selon l'AFP. Renaissance présentera environ 400 candidats.

MM. Philippe et Bayrou se sont retrouvés « ensemble » pour annoncer la nouvelle, aux côtés de M. Guérini et de Richard Ferrand, fidèle de M. Macron dès les débuts d'En marche, issu du PS et actuellement président de l'Assemblée nationale. Une majorité rassemblée pour les 12 et 19 juin.

►À relire : Législatives françaises, négociations difficiles entre les soutiens de Macron

À noter, en marge de cette répartition des rôles, que la nouvelle majorité présidentielle se garde la possibilité de ne pas présenter de candidat du tout dans quelques circonscriptions, toujours selon l'AFP. « Il y aura quelques rares gels », explique en effet une source interne à l'agence de presse.

La majorité sortante entend donc désormais s'articuler autour de trois groupes, réunis sous une même bannière dans l'essentiel des 577 circonscriptions. Il reste « quelques réglages » à réaliser et « cela avance doucement » dans la finalisation des listes pour les investitures, selon une partie prenante.

►Lire aussi : Mise au point de Macron en Conseil des ministres sur le futur gouvernement

Avec agences

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles