France: l'inquiétude des salariés face à la montée des prix

Les revendications salariales touchent toutes les entreprises françaises. Les aiguilleurs du ciel, en grève, vont provoquer l'annulation de milliers de vols, ce vendredi 16 septembre. Chez Renault, des négociations avec la direction doivent s'ouvrir la semaine prochaine. Face à la rapide montée des prix, un coup de pouce serait plus que bienvenu pour les salariés.

Avec notre envoyé spécial devant l'usine de Flins, Nicolas Feldmann

13h05, c’est l’heure de la sortie d’usine. Et devant les portiques, bien visibles avec leur gilets fluo, les syndicats distribuent leurs tracts : « Comptez sur nous les gars ». Aïcha prend un tract siglé Force ouvrière (FO) : « Cela fait presque 30 ans maintenant que je suis là. J’ai commencé en tant qu’intérimaire ». À 55 ans, elle travaille aujourd'hui dans les bureaux aux côtés des intérimaires pour un salaire de 1 900 euros : « Non. Cela ne suffit pas avec les augmentations des prix de l’essence. Là, ils parlent d’électricité, de gaz. Il y a toutes ces choses-là. Quand on a des enfants et qu’on doit leur payer des études et tout ça, c’est vrai que c’est compliqué. »

La semaine prochaine, soit le jeudi 22 septembre, les syndicats ont rendez-vous avec la direction de Renault avec cet objectif, obtenir des mesures pour le pouvoir d'achat des salariés. Pour certains d'entre eux, cela passe par des augmentations de salaires, quand d'autres se disent plus favorables à des primes.

« Gros souci au niveau du pouvoir d'achat »


Lire la suite sur RFI