France: l'exécutif cherche des bras pour vacciner contre la variole du singe

L'exécutif entend passer à la vitesse supérieure dans la campagne de vaccination contre la variole du singe. Après plusieurs jours de critiques déplorant sa faible ampleur jusqu'à aujourd'hui, les doses sont pourtant là, assure le ministre de la Santé, mais pas les bras. Un décret paraît, ce mardi 26 juillet, pour y remédier.

Quelque 42 000 doses disponibles, 6 000 seulement déjà injectées. Des rendez-vous difficiles à obtenir, de l'avis des associations : la campagne française de vaccination contre la variole du singe n'est pas à la hauteur.

Des critiques, reconnues à demi-mot par le ministre de la Santé, François Braun, qui admet que cela ne va pas assez vite : « Nous avons les doses, il faut maintenant des bras pour vacciner, ça repose sur des professionnels de santé. Vous savez comme moi qu'ils sont soumis à rude épreuve, depuis longtemps, et particulièrement en ce moment, et c'est pour cela que par un arrêté, je vais augmenter la possibilité de professionnels de santé qui vont pouvoir faire cette vaccination. Donc, on va mobiliser des bras supplémentaires. »

Publié ce mardi 26 juillet, cet arrêté autorise notamment les étudiants en santé à effectuer ces vaccinations. En parallèle, un centre dédié ouvre ses portes à Paris alors que l'Île-de-France recense près de la moitié des plus de 1 500 cas confirmés dans le pays.

Une montée en puissance du dispositif qui intervient deux jours après que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l'épidémie actuelle de variole du singe constituait une urgence de santé publique mondiale.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles