France: l’opposant tchadien Mahamat Nouri libéré provisoirement en raison de l'épidémie

En France, l'opposant tchadien Mahamat Nouri a été remis en liberté provisoire pour raisons sanitaires vendredi 27 mars. Cet ancien allié du président Hissène Habré puis d'Idriss Déby, devenu le chef d'un parti d'opposition et d'une rébellion armée, a été arrêté et mis en examen en juin 2019 pour « crimes contre l'humanité » par la justice française. Mais celle-ci a estimé que les risques liés en détention au virus Covid-19 étaient trop importants.

Vendredi en milieu de soirée, l'ancien général Mahamat Nouri a quitté la prison où il était détenu depuis bientôt un an. Il a aussitôt retrouvé son épouse à son domicile de la région parisienne, raconte son fils. Il est « en bonne santé avec un excellent moral », ajoute encore ce dernier.

Âgé de 73 ans, le chef de file de l'Union des forces pour la démocratie et le développement, l'UFDD, a bénéficié, comme d'autres prisonniers français, d'une mesure de précaution sanitaire, explique son avocate. Pour la justice, son maintien en détention, étant donné son âge, l'exposait à un risque trop important en cas de contamination par le virus Covid-19. Il est toutefois soumis à un contrôle judiciaire et la procédure ouverte contre lui suit son cours normalement.

Cet ancien ministre et ambassadeur est poursuivi dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris en 2017. Il est accusé d'avoir procédé à une campagne de recrutement forcé de combattants, et notamment de mineurs, au Tchad et au Soudan, entre 2005 et 2010. Selon un rapport des Nations unies, des milliers d’enfants soldats ont été recrutés à cette époque par diverses factions rebelles, parmi lesquelles figurait l’UFDD.