France: l’appel de 200 artistes pour se faire vacciner contre le Covid-19

·2 min de lecture

Un « acte citoyen » pour essayer de « sortir de l’impasse ». Grand Corps Malade, Gérard Jugnot, Anouk Grinberg, Guillaume Gallienne, Zabou Breitmann... ils sont 200 artistes et personnalités de la culture à donner l'exemple aujourd'hui en se portant candidats au vaccin contre le Covid-19, alors que 58% des Français s'y déclarent hostiles.

Stanislas Nordey, metteur en scène et directeur du Théâtre National de Strasbourg, dans une des régions les plus touchées de France par le virus, a lancé cette mobilisation le jour du réveillon et récolté très vite l'adhésion du monde de la culture :

« C’était à nous, les citoyens, à nous prendre en main. Cette mobilisation est née ainsi. J’ai appelé quelques amis artistes pour voir si l’idée prenait. Cela a pris tout de suite et a fait boule de neige… L’idée était surtout de dire : on n’oblige personne, mais nous, on y va pour trouver une porte de sortie. S’il y en a une par-là, prenons-la. N’ayons pas peur et fonçons joyeusement. C’est normal. La culture doit toujours être un peu aux avant-postes. En tout cas, elle a un espace de réflexion, de pensée, d’initiative. C’est juste être là et de dire : écoutez, nous, on y va. Qui nous aime nous suit. C’est ce qu’on fait toujours. Dans chaque acte artistique, on pose quelque chose, et après les gens y vont ou n’y vont pas. Mais, au moins, on l’a posée. On a agi, on a fait quelque chose. »

Ariane Ascaride : « C’est très simple »

L’actrice Ariane Ascaride fait partie des 200 artistes qui ont signé l’appel. « C’est très simple. Je signe cette pétition, parce que j’ai envie de continuer à vivre, de ne pas être malade. Et j’ai envie, en n’étant pas malade, de pouvoir continuer mon métier, d’aller jouer sur une scène de théâtre. C’est très important de trouver toutes les possibilités pour que l’art vivant continue à exister.

Moi, je ne suis pas quelqu’un qui est dans la régression. Je suis pour la science, pas n’importe quelle science, je suis pour les scientifiques qui se cassent la tête pour faire un vaccin plus vite. Et ils ne le font pas plus vite, parce qu’ils se pressent, mais parce qu’ils ont beaucoup avancé dans leurs travaux depuis vingt ou trente ans. Oui, je vais me faire vacciner sans aucune angoisse. Et je vais me faire vacciner, parce que je suis une comédienne responsable et je ne veux pas rendre malades mes partenaires. Et je veux faire en sorte que les lieux de culture deviennent des lieux ouverts et dans lesquels on ne risque rien, bien que déjà maintenant, avec les normes sanitaires, on ne risque pas grand-chose. »