En France, l’électrique sauve l'usine Renault de Sandouville

L'usine du nord-est de la France produira en effet, à partir de 2026, la nouvelle génération d'utilitaires électriques du groupe, a confirmé vendredi 29 mars le directeur général de Renault, Luca de Meo, en déplacement à Sandouville, accompagné par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire et le maire du Havre Édouard Philippe.

La production de ce fourgon 100% électrique va se traduire par un investissement de 300 millions d’euros et par la création de 550 emplois sur les quatre prochaines années. L’avenir du site est donc garanti, alors qu’on parlait pourtant de fermeture il y a encore quelques années.

C’est la voie à suivre en Europe pour rattraper le retard dans ce secteur, souligne le ministre de l’Économie Bruno Le Maire : « J'entends en Europe certains qui nous disent : “Peut-être qu’il faudrait ralentir sa transition électrique”, de “regarder s’il ne faut pas revenir en arrière”, ou que “ce serait une faute économique majeure”. Nous avons fait un choix en Europe, qui est de basculer vers l'électrique. Nous devons tenir résolument à ce choix, sinon les industriels vont être perdus, ne saurons plus où il faut aller et nous allons à nouveau prendre du retard par rapport à nos concurrents chinois. »

À lire aussiLa transition électrique de l’industrie automobile plus lente que prévu


Lire la suite sur RFI