France: Jean-Luc Mélenchon joue l’apaisement avec ses concurrents à gauche

·2 min de lecture

En France, Jean-Luc Mélenchon est déjà tout entier tourné vers sa campagne pour la présidentielle de 2022. Le chef de La France insoumise (LFI) part loin de la ligne d’arrivée en espérant rassembler le plus grand nombre. Lors d’une conférence de presse, celui qui a rassemblé 19,5% des voix en 2017 a détaillé sa stratégie et a appelé la gauche à ne pas « s'entredéchirer ».

La plupart de ses concurrents ne sont pas encore sur la ligne de départ que lui est déjà parti. Jean-Luc Mélenchon, pas mécontent de voir qu’un récent sondage le donne en tête des intentions de vote pour les candidats de gauche à la présidentielle : « Bon la douche froide, elle a pas été pour moi, elle l'a été pour d'autres. »

Une pique à la socialiste Anne Hidalgo et à l'écologiste Yannick Jadot, tous les deux derrière. Mais le chef des Insoumis veut jouer l’apaisement : « Je propose qu’on évite de s’entredéchirer parce que si on le fait on ne satisfait que nos adversaires. Ça ne fait pas gagner une seule voix. »

Jean-Luc Mélenchon propose aux forces de gauche de discuter avec lui. En attendant, il prend de l’avance sur ses concurrents avec la tenue prochaine d’un meeting en réalité augmentée, la sortie dans les kiosques d’une série de revues sur ses propositions et surtout un travail de révision de son programme de 2017 dont le résultat sera présenté à l’automne.

Jean-Luc Mélenchon s’engage dans une course de fond, il explique pourquoi : « Pour nous, l’abstention c'est le risque numéro 1. Remotiver les gens, c’est la tâche numéro 1. Ce n'est pas tant d'aller nous distinguer de l'un ou de l'autre. Le débat sur le programme, il permet de remotiver. »

Le chef de file des Insoumis espère ainsi créer une « dynamique » autour de sa candidature qui la rendra incontournable à gauche.

► À lire aussi : Présidentielle 2022 en France: Jean-Luc Mélenchon accélère