France Inter modifie sa grille de week-end

Puremedias
France Inter modifie sa grille de week-end

Suite au départ à la retraite de deux de ses présentateurs du week-end, France Inter revoit son offre de programmes de la fin de semaine, dès le week-end du 7/8 novembre. La station publique arrête "116 rue Albert Londres", l'émission diffusée le dimanche, de 16h à 17h, dans laquelle Alain Le Gouguec accueillait au micro des reporters de guerre...

Pour la remplacer, la station a fait appel au journaliste et écrivain Michka Assayas. C'est un retour puisque le frère du réalisateur de "Sils Maria" avait officié à la radio cet été avec "Very Good Trip", qui était diffusé durant tout le mois d'août du lundi au vendredi à 10h. Michka Assayas relancera donc cette émission qui propose chaque semaine un voyage dans les origines du rock.

Rajeunissement du week-end

Autre arrêt : celui de "L'album de la semaine" que présentait Alain Maneval tous les samedis et dimanches de minuit à 1h. Deux personnalités seront chargées de prendre la relève. Mathias Deguelle reprendra son émission estivale "L'esprit d'Inter". Chaque dimanche, il reviendra sur les temps forts de la station qui se sont déroulés durant la semaine écoulée. Le samedi soir, c'est Didier Varrod, le patron de la musique de la station, qui officiera dans "L'esprit d'Inter" pour faire découvrir des nouveaux talents de la scène musicale.

La station achève ainsi une vaste refonte et le rajeunissement de son offre de fin de semaine avec "L'Agora" de Stéphane Paoli, la nouvelle émission sport de Philippe Collin, le lancement de la "Carte Blanche", l'arrivée de Noëlle Bréham, la nouvelle hebdo de Pascale Clark, mais aussi de Daphné Roulier ou Ali Rebeihi.

Retrouvez cet article sur Puremedias

Roselyne Bachelot : Adriana Karembeu a plus l'habitude d'avaler du sperme que Michel Cymès
Le Meilleur pâtissier 2015, épisode 3 : J'en ai vu des conneries dans ma vie, mais alors là...
Face à France de Jean-Marc Morandini divise son audience par deux
France 2 : Très bon bilan d'audience pour Dix pour cent
Pour Alain Delon, les téléspectateurs de Cyril Hanouna sont des cons