La France impose une quarantaine aux voyageurs du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

·3 min de lecture

La France va imposer une quarantaine obligatoire de dix jours pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud, a annoncé Matignon samedi. L'objectif est de lutter contre la propagation des variants brésilien et sud-africain du Covid-19.

Quelques jours après avoir suspendu les vols en provenance du Brésil, la France renforce ses mesures d'endiguement contre les variants les plus virulents du Covid-19. Le gouvernement a annoncé, samedi 17 avril, l'instauration d'une quarantaine obligatoire de dix jours pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud.

Les vols avec l'Argentine, le Chili et l'Afrique du Sud seront néanmoins maintenus, alors que Paris avait annoncé dès mardi la suspension des liaisons aériennes avec le Brésil pour limiter la propagation d'un variant local, baptisé P1, réputé plus contagieux et dangereux. Cette suspension sera prorogée jusqu'au vendredi 23 inclus.

>> À lire aussi : "Le Brésil est 'devenu une usine à variants du Covid-19'"

Pour justifier le maintien des vols avec l'Argentine, le Chili et l'Afrique du Sud, Paris dit que la présence de variants n'y atteint "pas les niveaux observés au Brésil". Mais les voyageurs venant de ces trois pays, ainsi que du Brésil, devront désormais se soumettre à un isolement de dix jours, accompagné d'une restriction des horaires de sortie, avec un renforcement des amendes.

Cette mesure, qui sera progressivement mise en œuvre jusqu'à sa pleine entrée en vigueur samedi 24, s'appliquera également aux voyageurs en provenance de Guyane et des tests antigéniques systématiques seront mis en place à l'arrivée pour les trajets de la Guyane vers les Antilles.

"Un système de vérification sera mis en place, avant l'embarquement puis à l'arrivée, de l'existence d'un lieu de quarantaine adapté aux exigences sanitaires et des contrôles du respect de la quarantaine seront effectués au domicile par la police ou la gendarmerie nationales, accompagnés d'un renforcement des amendes en cas de non-respect de l'isolement", a précisé Matignon.

Encore plus de tests

En outre, pour les personnes arrivant de ces quatre pays, et à compter du samedi 24, la liste des motifs et des catégories de personnes autorisées à venir en France sera restreinte, pour l'essentiel, aux seuls ressortissants nationaux, leurs conjoints et enfants, et aux ressortissants de l'Union européenne ou d'un pays tiers ayant leur résidence principale en France.

Le dispositif de test avant l'embarquement sera également renforcé : un test PCR négatif de moins de 36 h (au lieu de 72 h), ou un PCR négatif de moins de 72 h accompagné d'un test antigénique négatif de moins de 24 h seront désormais nécessaires. La réalisation d'un test antigénique sera rendue systématique à l'arrivée en France, avant de quitter l'aéroport.

Ces nouvelles mesures interviennent "alors que la situation épidémique se stabilise sur le territoire national", selon Matignon. Elles seront discutées avec les partenaires européens "en début de semaine" et d'autres pays pourraient encore venir grossir la liste, sur la base des critères identifiés par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Avec AFP