La France insoumise : la bataille des retraites avant la guerre interne ?

© Magali Cohen / Hans Lucas

En crise, La France insoumise promet d’être unie dans la rue, ce jeudi, puis samedi, pour crier de toutes ses forces son opposition à la réforme des retraites. « Cette journée de jeudi a une puissance inédite en raison de l’unité syndicale, inconnue depuis douze ans, qui donne le tempo du pays par sa capacité de mobilisation, appuie Alexis Corbière, député insoumis de Seine-Saint-Denis, auprès de notre journal. Samedi, ce sera une journée plus politique, pas sur le même plan, où les élus France insoumise seront là. Ce serait donc folie de consacrer du temps à des débats internes en ce moment. Moi, depuis le début de la semaine, je suis sur la mobilisation… » Même son de cloche du côté de Jean-Luc Mélenchon : « Le 19 et le 21, on déferle avec les syndicats ». « L’objectif est que l’on puisse mener cette bataille le plus unis possible pour pouvoir l’emporter », parachève la députée européenne, Manon Aubry.

À lire aussi À la NUPES, entre triomphe collectif et nostalgie

Mais derrière la préparation des banderoles et des slogans qui claquent, le parti leader de l'alliance de gauche, la Nupes, première force d'opposition à l'Assemblée nationale avec près de 150 députés, peine à masquer les profondes divisions qui le coupent littéralement en deux, depuis la fin 2022.

D’un côté, la nouvelle direction du mouvement, composée de la jeune garde mélenchoniste et « coordonnée » par Manuel Bompard, très proche de l’ancien troisième homme de la présidentielle. De l’autre, Eric...


Lire la suite sur ParisMatch