France: HRW dénonce le «traitement dégradant» des migrants à Calais

·1 min de lecture

Expulsions, biens confisqués ou tentes lacérées, voilà ce que vivent quasiment chaque jour les quelque 2 000 migrants adultes et enfants qui se trouvent dans le nord de la France. C’est ce que dénonce le rapport d'une enquête menée et publiée le 7 octobre par Human Rights Watch. Selon l'ONG, l’État français applique une politique de dissuasion qui se traduit par un traitement humiliant et abusif des migrants arrivés à Calais ou à Grande-Synthe dans l'espoir de rallier l'Angleterre.

Dans son rapport de 86 pages, l'organisation de défense des droits de l'homme documente à partir d'entretiens avec 60 migrants, dont 40 mineurs non accompagnés, ainsi que des responsables des services étatiques et municipaux, les expulsions massives, le harcèlement policier quasi quotidien, les restrictions pesant sur la délivrance d'aide humanitaire et sur l'accès à cette aide.

« Ces traitements extrêmement abusifs comprennent notamment les expulsions routinières des campements de fortune, la confiscation et la destruction de tentes, de couvertures, de bâches, ainsi que de maigres affaires personnelles et puis aussi une très grande restriction sur l’eau, la nourriture et l'hygiène, déplore Bénédicte Jeannerod, directrice France de Human Rights Watch, au micro d'Aram Mbengue, du service France de RFI. Cette pratique abusive plonge les personnes migrantes dans un extrême dénuement, dans une extrême désolation, et cela du fait d’une stratégie des autorités françaises d’éviter toute installation dans cette région du nord de la France. »

À écouter aussi : Calais, des migrants sous surveillance

Recommandations à l'Union européenne

Ainsi, Human Rights Watch appellent les autorités « à cesser les expulsions forcées, à cesser les destructions et les confiscations de matériel de première nécessité, à proposer également un hébergement quand les personnes sont expulsées, poursuit Bénédicte Jeannerod. On demande également la protection des enfants migrants non accompagnés, qui est totalement insuffisante à ce jour et on adresse aussi un certain nombre de recommandations à l’Union européenne pour le partage des responsabilités sur la prise en charge des migrants au sein de l’Europe et pour que cette dernière soit beaucoup plus affirmé et optimale. »

À écouter aussi : De la Turquie à Calais, l’Europe ferme ses frontières

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles