France: le groupe Lagardère obtient un prêt garanti par l'État de 465 millions d'euros

·1 min de lecture

Le propriétaire de l'éditeur Hachette, des boutiques Relay ou encore de la radio Europe 1, est actuellement en grande difficulté en raison de la crise du Covid-19, mais aussi à cause d'une lutte féroce entre ses actionnaires. Ce prêt garanti est une véritable bouffée d'oxygène.

Pour le groupe d'Arnaud Lagardère, c'est la meilleure nouvelle depuis de longs mois. Un consortium de douze banques lui verse la somme de 465 millions d'euros, un prêt couvert à 80% par l'État en cas de non remboursement. La somme va permettre de stabiliser une situation financière en grand péril.

En effet, Lagardère subit de plein fouet la crise du Covid-19. La pandémie ayant vidé les gares et les aéroports, les revenus de sa branche de distribution, avec notamment les boutiques Relay, se sont effondrés : 66% de moins rien que sur le second semestre. Or cette branche est l'une des machines à cash du groupe.

Fronde des actionnaires

L'entreprise, dont l'endettement ne cesse de croître, est aussi affaiblie par une fronde de ses actionnaires, Vincent Bolloré en tête, qui critiquent le manque de vision stratégique d'Arnaud Lagardère. Ce dernier a fait appel à un autre capitaine d'industrie français, Bernard Arnault, le patron du groupe de luxe LVMH, pour contrer la fronde de Vincent Bolloré.

En toile de fond, la classe politique ne reste pas indifférente à cette querelle au coeur du capitalisme français. Les médias relayent en effet les inquiétudes de la présidence de la République, qui redouterait de voir le pôle médias du groupe Lagardère tomber entre les mains de Vincent Bolloré, à moins de deux ans de l'élection présidentielle.