France: le gouvernement dévoile les modalités du reconfinement

·4 min de lecture

Lors d'une conférence de presse, le gouvernement français a détaillé les mesures de reconfinement qui entre en vigueur ce vendredi 30 octobre.

  • Reconfinement en Martinique

Dans les Outre-mers, le reconfinement ne sera appliqué qu'en Martinique, territoire où l'épidémie est en forte augmentation. Le président de la République, Emmanuel Macron, avait indiqué mercredi soir dans son allocution que si le reconfinement aura lieu sur tout le territoire national, des « adaptations » étaient prévues pour les outre-mer, prenant en compte une situation épidémique ultramarine parfois différente de l'Hexagone.

  • Déplacements limités à une heure par jour dans un rayon de 1 kilomètre

Les déplacements pour faire de l'exercice ou promener son animal seront possibles pour « une heure maximum » et dans « un rayon d'un kilomètre du domicile », a affirmé le Premier ministre Jean Castex ce jeudi.

Comme pendant le confinement du printemps « vous ne pourrez quitter votre domicile que pour certaines raisons et munis d'une attestation » et il ne sera pas possible « de voyager au sein du territoire national, y compris d'une résidence principale vers une résidence secondaire », a ajouté le chef du gouvernement, en précisant qu' « une amende forfaitaire de 135 euros sera appliquée en cas de non respect du confinement ».

Afin de « faciliter » la vie quotidienne, « deux attestations permanentes pourront également être délivrées », l'une par l'employeur « pour les déplacements entre le domicile et le travail » et l'autre « par l'établissement scolaire » pour les déplacements domicile-école des enfants.

  • Les commerces et restaurants fermés pourront livrer

Les restaurants et commerces fermés du fait des protocoles sanitaires liés au reconfinement pourront livrer leurs clients, lesquels pourront également venir retirer des commandes en ligne.

« Les commerces fermés de même que les restaurants ne pourront pas accueillir du public mais pourront continuer de fonctionner pour des activités de livraison et le retrait de commandes », a déclaré Jean Castex.

  • Lieux de culte ouverts, cérémonies religieuses interdites

Jean Castex a annoncé que les cérémonies religieuses seront interdites pendant le reconfinement, « sauf pour les enterrements dans la limite de 30 personnes et pour les mariages dans la limite de six personnes ». « Les lieux de culte resteront ouverts, en revanche, les cérémonies religieuses seront interdites », a rappelé Castex lors de sa conférence de presse détaillant les mesures du reconfinement.

« Une tolérance sera appliquée pour les cérémonies prévues ce week-end de la Toussaint, ainsi que pour les déplacements dans les cimetières et les commerces de fleurs », a précisé le chef du gouvernement.

  • Le port du masque à partir du CP

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a promis « une politique de tests volontariste avec une priorité pour les personnels éducatifs ». « Nous continuerons à fermer des structures chaque fois que ce sera nécessaire », a-t-il dit. Le nouveau protocole, qui va régir les établissements scolaires « préparé depuis juillet », prévoit notamment le port du masque à partir du CP, une limitation du brassage des élèves avec des arrivées et départs étalés dans le temps, des « déplacements limités au maximum » et des récréations « par groupes », a ajouté le ministre de l'Education.

Jean-Michel Banquer n'a en revanche pas évoqué l'accueil de demi-groupes d'élèves uniquement, réclamé par plusieurs syndicats. Il a simplement parlé pour les lycées d'une « souplesse » qui sera laissée aux chefs d'établissement pour l'organisation du protocole.

  • 15 milliards d'euros par mois pour les aides aux entreprises

Les mesures de soutien aux entreprises pour les aider à surmonter le reconfinement s'élèvent à 15 milliards d'euros par mois, a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, « environ 6 milliards d'euros pour le Fonds de solidarité, 7 milliards d'euros pour l'activité partielle », « un milliard d'euros pour les exonérations de cotisations sociales, un milliard d'euros pour prendre en charge une partie des loyers des entreprises », a détaillé le ministre.

  • Crédit d'impôt pour des propriétaires qui renoncent à des loyers

Les propriétaires qui renonceront à « au moins un mois de loyer » entre octobre et décembre pour certaines entreprises bénéficieront d'un crédit d'impôt, a dit, aussi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Les entreprises concernées sont celles de « moins de 250 salariés » qui « sont fermées administrativement »ou appartiennent« aux secteurs de l'hôtellerie, des cafés, de la restauration, de la culture », a-t-il précisé.Les bailleurs pourront bénéficier d'un crédit d'impôt représentant « 30% du montant des loyers abandonnés ».

  • Le télétravail devient « une obligation »

« Le télétravail n'est pas une option. Cette obligation sera inscrite dans la nouvelle version du protocole national en entreprise », a indiqué la ministre du Travail Elisabeth Borne. Ceux qui peuvent télétravailler doivent le faire à plein temps, a-t-elle réclamé. Ceux qui ne peuvent pas effectuer certaines tâches à distance sont autorisés à se rendre de temps en temps sur leur lieu de travail. Enfin, ceux pour qui le télétravail est impossible – les commerces, le BTP, l'agriculture ou les intervenants à domicile – devront disposer d'une attestation de l'employeur.

► À lire aussi : Covid: les principales annonces d’Emmanuel Macron sur le reconfinement

(Avec AFP)