France: Gérald Darmanin veut dissoudre deux associations suspectées d’intégrisme islamiste

·2 min de lecture

Alors que plusieurs pays musulmans ont décidé de boycotter les produits français, ce mardi matin sur France Inter, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a réaffirmé sa volonté de dissoudre deux associations suspectées d'intégrisme islamiste.

Dans le viseur du ministre de l'Intérieur, il y a d'abord Baraka City. Créée en 2010, cette structure d'aide aux musulmans démunis du monde entier est dans le collimateur des autorités françaises, notamment depuis ses prises de position ambiguës après les attentats de 2015. Son dirigeant est par ailleurs sous contrôle judiciaire pour cyber harcèlement sur une journaliste.

L'autre association menacée de dissolution est le Collectif contre l'islamophobie en France, le CCIF, spécialisée dans la défense des personnes se disant victime d’islamophobie. Ce mardi matin, Gérald Darmanin qualifiait cette structure d'« officine islamiste ».

« Pourquoi je dis que c’est une officine islamiste ? Lorsqu’on gèle les avoirs des personnes qui envoient des personnes faire le jihad ou promouvant le jihad, car nous avons gelé les avoirs et d’autres gouvernements l’ont fait, le CCIF évoquait, je cite: “Si leurs avoirs sont gelés, soyons de ceux qui compenseront ces pertes”. Ça s’appelle une officine. Quand quelqu’un veut mettre financièrement l’argent à la disposition de ceux dont la République pense, prouve qu’ils ont un lien avec le jihad cela s’appelle une officine islamiste et ça n’a rien à faire sur le sol de la République. »

Dès mercredi, en Conseil des ministres, Gérald Darmanin proposera qu'un décret promulguant la dissolution de Baraka City soit publié. Puis, dans les jours qui viennent, ce devrait être au tour du CCIF de faire l'objet d'un débat contradictoire sur une éventuelle dissolution.

À lire: France: le gouvernement veut durcir le contrôle des associations pour lutter contre le «séparatisme»