France: La flambée des prix des matières risque de peser sur les entreprises fragiles, selon l'étude d'Altares

·1 min de lecture
Construction site during the coronavirus disease (COVID-19) pandemic in France

PARIS (Reuters) - Le nombre d'entreprises défaillantes en France ne devrait pas exploser à la fin de l'année mais la flambée des prix des matières premières risque de peser sur les petites et moyennes structures, selon une analyse publiée mercredi par le cabinet d'études Altares.

La fin progressive des aides aux entreprises dans le cadre de la crise sanitaire ne devrait pas déclencher sur les trois derniers mois de l'année "une forte poussée des défaillances et un retour au niveau de 2019", estime Thierry Millon, directeur des études Altares dans un communiqué. "La médiation et le traitement à l'amiable des retards de paiement devraient être encore privilégiés".

La flambée des prix des matières premières, cependant, si elle se poursuit au-delà de l'été, risque de peser sur les marges et pourrait "contrarier sérieusement la reprise voire compromettre la pérennité des PME (petite ou moyenne entreprise)et ETI (entreprise de taille intermédiaire) fragile", a-t-il ajouté.

Au cours du deuxième trimestre, 6.587 défaillances d'entreprise ont été enregistrées, un nombre en hausse de 14,2% comparé au même trimestre l'année dernière, mais qui reste "paradoxalement bas" comparé à la même période pré-pandémie, selon l'étude d'Altares.

Le secteur du bâtiment enregistre la plus haute augmentation en terme de défaillances (+37%) et l'Ile de France se place en tête des régions les plus touchées, suivie par la Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

(Reportage Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles