France: fin des panneaux publicitaires électriques dans les transports lyonnais

C'est une petite révolution en cours dans les transports publics lyonnais. Ce 1er avril, ce sont les panneaux publicitaires numériques qui disparaissent des murs du métro. Un choix porté par la municipalité écologiste de la troisième ville de France. Le but : réduire l’exposition des habitants à la publicité tout en économisant de l’électricité.

Jusqu’à 2 200 publicités sont adressées chaque jour à chaque individu. C’est beaucoup trop pour Bruno Bernard, le président de la métropole lyonnaise et de la régie de transport de l’agglomération (TCL).

Débranchés

Ce sont ainsi 118 panneaux numériques qui vont être débranchés ce 1er avril, puis retirés, soit la totalité de ceux installés dans le métro. Et ils ne seront pas remplacés par des panneaux classiques.

Le bénéfice se verra aussi sur la facture d’électricité : la consommation annuelle de tous ces panneaux numériques est équivalente à celle d’une cinquantaine de ménages. Ce sont également trente tonnes d’émissions de dioxyde de carbone qui seront évitées tous les ans.

Manque à gagner ?

Les opposants à la mesure déplorent un manque à gagner : la publicité rapporte en effet – mais pas tant que cela – 34 millions d’euros, soit 0,4% du budget total de la régie lyonnaise de transport. Tout cela sera compensé, assure cependant l’exécutif lyonnais. Les espaces publicitaires restants, moins nombreux, seront donc vendus plus cher.


Lire la suite sur RFI