France: les «filières du retour» au cœur du premier jour du procès de Reda Hame

Le procès de Reda Hame a débuté ce jeudi 20 février devant les assises de Paris. Ce Parisien de 34 ans est poursuivi pour association de malfaiteurs terroriste. Reda Hame est notamment accusé d’avoir rejoint en juin 2015 le groupe Etat islamique en Syrie, où il aurait été missionné pour retourner en France commettre un attentat par Abdelhamid Abaaoud, le coordonnateur présumé des attentats du 13 novembre.

« Comment expliquer qu’Abelhamid Abaaoud ait sélectionné, pour faire un attentat en France, un individu comme Reda Hame qui n’avait aucune expérience spécifique et n’est resté que 8 jours en Syrie ? » demande la présidente. « Ce n’est pas surprenant », répond un enquêteur.

Selon lui, le cas de Reda Hame illustre parfaitement la stratégie des filières de projection de jihadistes vers l’Europe pilotée par le COPEX, le comité d’opérations extérieures de l’EI. Nommé émir de ce COPEX début 2015, Abdelhamid Abaaoud cible des individus parmi les centaines de recrues qui affluent en Syrie, dont une quarantaine de Français pour le seul mois de juin 2015.

La priorité d’Abaaoud, poursuit le policier, est de « recruter les profils les plus lisses » comme Reha Hame, un ressortissant Français sans casier, « moins susceptible d’attirer l’attention qu’un criminel aguerri par exemple » auquel on prodigue « une formation très courte », afin que l’aller-retour en Syrie ait plus de chance de passer inaperçu.

« Mais il n’y a alors aucune garantie que la recrue s’exécute, n’est-ce par un gros risque ? » relance la juge. « C’est une stratégie délibérée, sur le principe de la fourmilière », affirme l’enquêteur. Il explique : « S’il y a des coups d’épée dans l’eau, ce n’est pas grave. L’idée est de former le maximum de jihadistes. Reda Hame lui-même parle d’usine et il y en a bien un qui va réussir ».

Le retour de Reda Hame en France via plusieurs pays, comme les moyens de communications cryptées dont il dispose, sont également typiques de ces filières, pointe-t-il