La France face à un haut taux de départs au sein des entreprises mais pas de « grande démission »

La France fait face depuis fin 2021 à un nombre de démissions historiquement haut au sein des entreprises françaises, atteste la Direction des études du ministère du Travail (Dares) : près de 520 000 départs par trimestre. Mais selon l’étude publiée jeudi 18 août, la tendance est à relativiser, car le taux rapporté à la population n’est pas inédit ni comparable au phénomène de « grande démission », observé aux États-Unis pendant la pandémie.

Si la France fait face depuis l'année dernière à une vague de démissions, le phénomène n'est pas nouveau. Il n'est pas comparable non plus à la vague de « grande démission », identifiée aux États-Unis par le psychologue et spécialiste du monde du travail, Anthony Klotz.

« Big Quit » aux États-Unis

Aux États-Unis, la pandémie et le confinement ont remis en question pour beaucoup de personnes le sens même de leur vie ou de leur travail, une flambée qui a été surnommée « Big Quit » (soit « Grande démission »). Tout comme outre-Atlantique, des milliers de salariés en France ont quitté leur boulot entre fin 2021 et début 2022 surtout pour un autre principalement, ou pour se retirer de la vie active.

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - "La Grande démission" : ces Américains qui ne veulent plus travailler dans la restauration depuis la pandémie