La France expérimente la méthode du prix Nobel d'économie Esther Duflo dans la lutte contre la pauvreté en Afrique

Michel Lachkar
·1 min de lecture

Tester des solutions dans la lutte contre la pauvreté, les évaluer et les diffuser, telle est la méthode expérimentale développée depuis vingt ans par Esther Duflo, professeur à l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), la prestigieuse université américaine. La prix Nobel d’économie va prendre la tête du nouveau fonds d’innovation pour le développement lancé par le gouvernement français, avec l’objectif de gagner en efficacité dans la lutte contre la pauvreté. Doté de 15 millions d’euros, il ira en priorité à l’éducation, la santé et l’environnement. Avec le Covid, les pays du Sud ont besoin d’une aide massive, car ils s’enfoncent dans la crise, insiste celle qui a été le plus jeune prix Nobel d’économie conjointement avec son mari Abhijit Banerjee et Michael Kremer.

Expérimenter en situation réelle

Esther Duflo plaide très tôt pour une approche renouvelée de ces questions en pariant sur l’innovation à très petite échelle. Reposant sur la collaboration entre les acteurs de terrain (gouvernements, ONG, organismes privés…) et les chercheurs, cette méthode inspirée des essais cliniques consiste à choisir aléatoirement un échantillon de participants parmi un groupe de bénéficiaires potentiels d’une politique socio-économique ou d’une action humanitaire. On parle de méthode d’évaluation d’impact par (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi