France: entre Aliot et Bardella, les militants du RN appelés à élire leur prochain dirigeant

Reuters

À partir de ce dimanche, les quelque 40 000 adhérents RN -à jour de leur cotisation- choisissent le nouveau chef de leur parti lors d'un scrutin en ligne. Les militants ont cinq jours pour choisir le successeur de Marine Le Pen. Deux candidats : le président par intérim du parti et député européen Jordan Bardella et le maire de Perpignan Louis Aliot. Pour la première fois depuis cinquante ans, le parti à la flamme désignera un chef qui ne portera pas le nom de « Le Pen ».

C'est une élection pour laquelle il n'y aura pas eu de débat à la télévision, pas vraiment d'affrontements entre les candidats ni de querelle idéologique non plus. « Ce n'est pas du face à face, c'est du côte à côte », prévenait Louis Aliot à la rentrée. Marine Le Pen, qui a lâché les rênes du parti pour se consacrer au groupe RN à l'Assemblée, l'admet bien volontiers ; si elle a décidé de ne pas choisir entre ses deux fidèles, c'est qu'ils sont tous les deux sur la même ligne, la sienne.

À lire aussi: Le duel Aliot-Bardella pour prendre la tête du Rassemblement national est lancé

Au début du mois, le maire de Perpignan a bien tenté de se démarquer dans cette campagne, en accusant à demi-mot Jordan Bardella d'être trop radical, mais l'offensive s'est arrêtée là. « Ni Aliot ni Bardella n'ont intérêt à attaquer l'autre car ils savent très bien qu'ils vont recevoir un coup de fil de la patronne dans la seconde », confie un proche de Marine Le Pen. Pas question de créer des remous donc.

La cheffe


Lire la suite sur RFI