En France, les enfants cibles d’un marketing agressif sur des produits alimentaires de qualité nutritionnelle très médiocre

L’organisation non gouvernementale européenne Foodwatch a mené une nouvelle enquête sur les produits alimentaires destinés aux enfants : parmi les 228 produits analysés, seuls 10 répondent aux recommandations de l’OMS. Pourtant la majorité de ces produits ont été commercialisés par des industriels de l’agroalimentaire signataires d’un code de bonne conduite européen : l’EU Pledge. Sciences et Avenir s’est entretenu avec Audrey Morice, responsable de campagne chez Foodwatch France, afin qu’elle décrypte pour nous les enjeux de ce travail.

Sciences et Avenir : Sur le site de "Open Foods Facts", près d’un million de produits alimentaires sont recensés. Or votre étude n’en prend en compte que 228. Comment avez-vous sélectionné ceux qui sont analysés dans votre enquête ?

Audrey Morice : Nous avons utilisé trois critères : le produit devait être vendu en France ; au vu du marketing sur l’emballage, il devait clairement être destiné aux jeunes ; enfin, pour la plupart, les industriels les commercialisant devaient avoir signé la charte "EU Pledge".

"Seules 2 céréales pour petit-déjeuner sur 10 sont suffisamment équilibrées au regard du modèle de l’OMS"

Selon quels critères avez-vous évalué ces aliments ?

Nous nous sommes basés sur un travail mené par des experts de l’OMS (Organisation mondiale pour la santé). En 2015, ils ont mis au point un outil définissant "le profil nutritionnel" de 18 catégories d’aliments. Mis à jour en mars 2023, cet outil fixe des seuils de gras, de sucre, de sel, mais aussi de teneur en calories, en sucres ajoutés et ou en édulcorants, au-delà desquels, il serait nécessaire de restreindre la commercialisation d’un produit à destination des plus jeunes. Nous avons repris cette méthodologie pour analyser 228 produits vendus en France pour les enfants. Conclusion : près 90% d’entre eux ne devraient pas faire l’objet de publicité et de marketing auprès des plus jeunes.

Lire aussiObésité et surpoids : près d'un Français sur deux touché, l'importance d'une prise en charge globale

À quelles familles appartiennent ces produits ?

À des familles très variées, mais pour schématiser, nous avons la famille des bonbons et des chocolats, la famille des biscuits et des gâteaux très consommés au moment du goûter, et la famille des en-cas, comme les barres de céréales. Les produits du petit-déjeuner sont eux aussi très concernés, tout comme les boissons, qu’elles soient lactées, à base de fruits, énergisantes ou gazeuses (soda). Plus surprenant : beaucoup de yaourts et de spécialités fromagères dépa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Kellogg's pénalisé au Mexique pour non-respect des normes anti-excès de sucreAliments ultra-transformés : sous leur "matrice alimentaire", des calories de mauvaise qualité au bilan environnemental désastreux 5 milliards de personnes ne sont toujours pas protégées des méfaits des acides gras transTaxer le sucre des boissons : une mesure surtout efficace pour les jeunes filles de milieux populaires Edulcorants : les boissons qui en contiennent auront un Nutri-Score moins favorable