Publicité

France: dans son effort pour une économie de guerre, la France songe à des réquisitions

Sebastien Lecornu, le ministre français des Armées, a annoncé ce mardi 26 mars, lors d'une conférence de presse, qu'il n'excluait pas de recourir à des réquisitions pour accélérer la production afin de fournir l'armée française et d'assurer un soutien à l'Ukraine. Ce serait une première, dans l'économie de guerre que le gouvernement souhaite mettre en œuvre.

Sébastien Lecornu avait jusqu'à présent délivré les bons et les mauvais points aux industriels français, mais cette fois, il a fait usage du bâton : « Je n'exclus pas d'utiliser ce que la loi permet, a-t-il indiqué, c'est-à-dire, si le compte n'y est pas en matière de cadence de production, de faire des réquisitions. »

Une fermeté inédite. Les réquisitions sont en effet permises par la loi de programmation militaire adoptée à l'automne. Recours ultime, elles peuvent s'appliquer aux personnels, aux stocks et à l'outil de production.

M. Lecornu a aussitôt nuancé ses propos, précisant qu'il pouvait dans un premier temps accorder la priorité à la commande militaire face aux besoins civils. Qu'il pouvait également exiger des industriels qu'ils aient plus de stocks de pièces détachées pour produire plus vite.

Dans la ligne de mire du ministre des Armées une entreprise en particulier, le missilier MBDA. Les missiles de défense sol-air Aster 30 sortent au compte-goutte des ateliers franco-italiens, et les commandes passées l'an dernier se font toujours attendre.


Lire la suite sur RFI