Publicité

France: dix jours après les blocages, les agriculteurs maintiennent la pression sur le pouvoir

Les principaux syndicats rencontrent le Premier ministre, Gabriel Attal, ce mercredi 13 février dans l’après-midi avant Emmanuel Macron, à partir de demain. Dix jours après la levée des barrages d'agriculteurs et malgré plusieurs annonces du gouvernement, les organisations agricoles menacent toujours de reprendre les actions à deux semaines du Salon de l'Agriculture.

Mise à jour : ajout des réactions d'Arnaud Rousseau pour la FNSEA, et des députés Vert et RN

Le ton n'a pas vraiment changé côté paysans. Malgré 400 millions d'euros d'aides d'urgences promis par le gouvernement et ces discussions prévues au plus haut sommet de l'État, la défiance est très nette. Les syndicats affichent leur détermination à obtenir « du changement dans les fermes » pour reprendre la formule du patron de la FNSEA ce matin sur TF1.

Arnaud Rousseau prend notamment l'exemple du « grand plan élevage » promis par Gabriel Attal et dont les modalités ne sont pas encore connues. Les éleveurs confrontés à des maladies bovines ou la concurrence déloyale venue d'Ukraine sont parmi les agriculteurs à souffrir le plus d'une baisse de niveau de vie.

À lire aussiFrance: face à la fronde, le gouvernement repousse sa réforme de l'agriculture

Un double front dont les oppositions espèrent voir les premiers résultats dans dix jours à l’occasion de la traditionnelle inauguration du salon de l’Agriculture par Emmanuel Macron.


Lire la suite sur RFI