France: «Le plus difficile est devant nous», prévient Bruno Le Maire

·1 min de lecture

« Le plus difficile est devant nous », « nous allons vivre des semaines et des mois difficiles ». Ces mots ont été prononcés ce jeudi par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, au cours d’un échange avec le groupe de réflexion Institut Montaigne. Face à un virus mutant et persistant, Bruno Le Maire prévient : l’avenir économique restera sombre encore plusieurs mois.

Le constat est sans appel, depuis le début de la crise sanitaire et malgré le soutien financier du gouvernement aux secteurs les plus touchés, l’activité économique tourne toujours au ralenti. Le ministre de l’Économie redoute les semaines à venir avec leurs cortèges d’annonces de plans sociaux. Le premier semestre 2021 s’annonce compliqué, avec plus de faillites que l’année passée et un nombre de ruptures de contrats de travail déjà annoncés multiplié par trois en un an, dépassant 80 000.

À lire aussi : L’industriel Michelin annonce la suppression de 2300 postes en France

Avant que les premiers effets de la campagne de vaccination deviennent visibles, il faut donc tenir. En attendant, Bruno Le Maire rassure les secteurs en grande difficulté comme la restauration, l’hôtellerie, la culture ou les loisirs. Bercy, est prêt à augmenter les aides, et le ministre négocie avec les banques pour retarder le remboursement des premières échéances des prêts garantis par l’État.

L’espoir d’un rebond de l’activité économique au deuxième trimestre repose sur le succès de la vaccination. Selon l’économiste Philippe Martin, une semaine de retard dans la vaccination coûte à l’économie française au moins 2 milliards d’euros.

► À écouter aussi : Coût du retard de vaccination : « 2 milliards d'euros par semaine perdue, peut-être plus »