La France est une démocratie défaillante pour The Economist ? Oui mais...

·1 min de lecture

Le basculement de la France dans la catégorie des "démocraties défaillantes" n'est pas un fait nouveau. Au-delà des dérives liées à la crise sanitaire, ce sont surtout les critères très libéraux du classement qui sont en question..

The Economist vient de sortir son classement annuel des démocraties et, tout le monde en fait des gorges chaudes, la France a été dégradée ! Elle est désormais classée parmi les "démocraties défaillantes", en vingt-quatrième position : la honte !Evidemment, de nombreux pays ont reculé du fait de toutes les mesures prises pour lutter contre le coronavirus. Aurait-on imaginé il y a un an et demi qu’on en viendrait à priver les gens de déplacement et à remplir des attestations délirantes ?Pour autant, il s’agit de rentrer un tout petit peu dans les détails et de ne pas foncer tête baissée pour commenter quelque chose qui nous arrange bien. De fait, la démocratie française est largement critiquable et il faut mener cette critique de manière précise.La pratique autoritaire d’Emmanuel Macron, la façon dont il a fait évoluer la démocratie par son type d’exercice du pouvoir posent problème. Mais est-ce bien cela que diagnostique The Economist ?La liberté religieuse, un critère pour The EconomistCe classement utilise une soixantaine de critères parmi lesquelles la liberté d’expression, les libertés fondamentales, les élections, le pluralisme, etc. C’est à partir de ces critères que le classement donne une note de 1 à 10 à chaque pays. Mais...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex