La France dément mettre son siège à l'ONU à la disposition de l'UE

·1 min de lecture

La France a "formellement" démenti mercredi des informations du quotidien britannique The Telegrapselon lesquelles elle serait prête à mettre à disposition de l'Union européenne son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. "Nous démentons formellement. Le siège est à nous et le restera", a affirmé l'Elysée, en réagissant au journal qui affirme à la une qu'Emmanuel Macron "pourrait offrir le siège à l'ONU" si l'UE soutenait ses plans pour une armée européenne.

https://twitter.com/Elysee/status/1440580690865655816?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1440580690865655816%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.huffingtonpost.fr%2Fentry%2Ffrance-dement-siege-onu-crise-conseil-securite_fr_614adfcce4b0175a18385cec

"Nous nous coordonnons avec l’UE autant que nécessaire et en toute souveraineté", a précisé l'Elysée dans sa réaction. La France est l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité avec la Chine, les Etats-Unis, la Russie et le Royaume-Uni.

Une article en pleine crise diplomatique

The Telegraph publie son article en pleine crise diplomatique entre Paris d'un côté et Washington, Canberra et Londres de l'autre à la suite de la décision de ces trois capitales de conclure un partenariat stratégique dans la zone indopacifique, qui a fait perdre à la France un important contrat de sous-marins avec les Australiens.

La publication de l'article a fait réagir plusieurs responsables politiques français. "Macron doit démentir d'urge...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles