La Banque de France voit la croissance rebondir au 1e trimestre

FRANCE: LA CROISSANCE DU PIB ATTENDUE À 0,3% AU PREMIER TRIMESTRE, SELON LA BANQUE DE FRANCE

PARIS (Reuters) - L'économie française devrait rebondir durant le trimestre en cours après sa contraction inattendue fin 2019 sur fond de grève dans les transports, a prédit la Banque de France lundi.

L'institut s'attend à une croissance du produit intérieur brut de la France de 0,3% au premier trimestre 2020 par rapport aux trois mois précédents, marqués par une baisse du PIB de 0,1%.

Cette contraction du dernier trimestre 2019 avait pris par surprise la plupart des économistes et la Banque de France elle-même, qui prédisait une croissance de 0,2%.

Pour François Villeroy de Galhau, cette "mauvaise surprise" est liée aux grèves dans les transports à partir du mois de décembre dans le cadre du mouvement de contestation contre le projet de réforme des retraites.

"Il y a eu une mauvaise surprise sur le quatrième trimestre qui est que les grèves ont pesé temporairement, négativement sur les stocks des entreprises", a déclaré lundi le gouverneur de la Banque de France dans une intervention au siège de l'institut.

"Les entreprises peut-être à cause des difficultés d'approvisionnement ont déstocké. Notre analyse, c'est que c'est un hoquet temporaire et que la 'voiture France', si j'ose dire, pour l'économie française devrait retrouver sa vitesse de croisière (...) à environ 0,3% par trimestre sur l'année 2020", a-t-il ajouté.

L'économie française peut s'appuyer sur la progression de l'emploi, du pouvoir d'achat et de l'investissement des entreprises, a détaillé François Villeroy de Galhau.

L'enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France publiée lundi fait en outre état d'une stabilité de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie, à 96, le mois dernier.

La production industrielle s'est légèrement contractée en janvier, notamment dans l’aéronautique, l’automobile et les équipements électriques, autant de secteurs qui dépendent de chaînes d'approvisionnement complexes, mais les carnets de commandes sont stables et les chefs d'entreprise anticipent un retour à la croissance ce mois-ci.

Dans les services, l'indicateur du climat des affaires a légèrement progressé le mois dernier pour s'établir à 98, en hausse d'un point par rapport à décembre, mais un ralentissement est anticipé en février.


(Leigh Thomas, avec Sudip Kar-Gupta et Bertrand Boucey, édité par Jean-Stéphane Brosse)