Un homme tué par balles devant un hôpital à Paris

·2 min de lecture
UN HOMME TUÉ PAR BALLES DEVANT UN HÔPITAL À PARIS

PARIS (Reuters) - Un homme a été tué par balles lundi devant l'hôpital Henry-Dunant à Paris, dans ce qui s'apparente à un règlement de comptes selon le maire du XVIe arrondissement, Francis Szpiner.

Une femme, agent de sécurité de l'hôpital, qui sert aussi de centre de vaccination contre le COVID-19, a été blessée par le tireur. Elle a été manifestement "victime d'une balle perdue" et se trouve en "état d'urgence absolue", a dit Francis Szpiner à des journalistes.

Le parquet de Paris, qui a ouvert une enquête pour meurtre, a précisé que l'homme tué était âgé de 33 ans et avait un casier judiciaire. La femme, également âgée de 33 ans, était dans un état critique à l'hôpital.

Le procureur a déclaré qu'il ne semblait y avoir aucun lien entre les deux victimes et que l'homme mort avait été ciblé par le tireur.

L'auteur des tirs a pris la fuite sur un deux-roues, selon des témoins.

Une enquête pour assassinat et tentative d'assassinat a été confiée à la brigade criminelle de Paris, a indiqué le parquet.

"Il ne s'agit pas d'un attentat terroriste, il ne s'agit pas d'un attentat contre le centre de vaccination. C'est vraisemblablement un règlement de comptes", a dit Francis Szpiner

"Le nombre de douilles relevé me laisse penser quand même que c'est plutôt prémédité", a poursuivi le maire du XVIe arrondissement. "La personne visée a été visée à de nombreuses reprises."

Selon un témoin, la victime a été abattue et achevée de plusieurs balles dans la tête alors qu'elle se trouvait déjà au sol.

L'hôpital Henry-Dunant, dans l'ouest parisien, est un établissement géré par la Croix-Rouge française qui héberge actuellement un centre de vaccination contre le COVID-19.

Ce centre de vaccination continuait à fonctionner en milieu d'après-midi, la police laissant passer les gens qui avaient rendez-vous, a constaté un journaliste de Reuters présent sur les lieux.

(Geert De Clercq, Tangi Salaün et Camille Raynaud; édité par Myriam Rivet et Bertrand Boucey)