France: coup d'envoi de la bataille pour la présidence du parti Les Républicains

En France, les jeunes LR font leur rentrée ce samedi 3 septembre à Angers. Un campus qui, cette année, fait office de ligne de départ pour les figures de la droite qui prétendent reprendre les rênes du parti. Le 3 décembre, les militants se choisiront en effet un nouveau chef. Et ce samedi, tous les candidats à la tête de LR ont fait un tour de chauffe au milieu des jeunes militants.

De notre envoyée spéciale à Angers, Lucile Gimberg

La bataille pour la présidence des Républicains a commencé samedi lors du campus de rentrée des jeunes LR à Angers, où les candidats, flanqués de leurs premiers soutiens, ont marqué leurs différences et rôdé leurs arguments.

Au milieu des jeunes, c’est le député des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, qui gagne à l’applaudimètre. L’ancien finaliste de la primaire LR se sait soutenu par la base militante et veut bénéficier de l’aura du patron de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez.

« Moi, je dis les choses clairement, déclare Éric Ciotti au milieu de ses partisans. Dans l'opposition très claire au macronisme, et dans notre capacité à désigner très vite celui qui portera nos couleurs lors de la prochaine présidentielle, et pour moi, il n'y en a qu'un qui puisse le faire, c'est Laurent Wauquiez. »

Ciotti et Retailleau diffèrent peu sur leur ligne, alors le Vendéen promet de tout changer : créer un nouveau parti, organiser des référendums numériques pour les militants. Il explique au micro de RFI les raisons de sa candidature à la primaire LR, qu'il a déclaré ce samedi 3 septembre.


Lire la suite sur RFI