France/Coronavirus: La pression sur les services de réanimation augmente à nouveau

·3 min de lecture
FRANCE/CORONAVIRUS: LA PRESSION SUR LES SERVICES DE RÉANIMATION AUGMENTE À NOUVEAU

PARIS (Reuters) - Le nombre de personnes en réanimation et hospitalisées avec un diagnostic Covid-19 a de nouveau augmenté, selon des données publiées dimanche par Santé publique France, preuve que la pression de l'épidémie de coronavirus sur le système de santé français ne faiblit toujours pas.

Selon les dernières données mises en ligne, 4.872 personnes étaient en réanimation dimanche avec un diagnostic Covid-19, soit 81 de plus que la veille (4.791 personnes, en hausse de 25 personnes).

Ce nombre constitue un nouveau plus haut de l'année et se rapproche du pic de la deuxième vague de novembre 2020 en dépit des nouvelles mesures de restriction mises en oeuvre dans 19 départements. Il reste cependant encore loin du plus haut de 7.000 enregistré en avril 2020, lors de la première vague.

La France comptait également 4.545.589 cas confirmés au Covid-19, soit 37.014 de plus en 24 heures. Samedi, le pays comptait 4.508.574 cas, soit une hausse de 42.619 d'un jour sur l'autre.

Face à cette aggravation, une quarantaine de médecins, directeurs de crise des hôpitaux parisiens de l'AP-HP, ont lancé un cri d'alarme dans le Journal du Dimanche.

Dans une tribune, ils ont prévenu qu'ils se préparaient à devoir faire un tri des patients face à la recrudescence de l'épidémie de coronavirus en Ile-de-France alors, ont souligné des praticiens, que ce genre d'arbitrage extrême est habituellement cantonné à la médecine de guerre ou de catastrophe.

Le nombre de personnes hospitalisées avec un diagnostic Covid-19 a lui aussi fortement augmenté dimanche de 453 à 27.712, contre 27.259 (+17) la veille.

2 MILLIONS DE DOSES ASTRAZENECA D'ICI QUELQUES JOURS

De nombreux scientifiques arguent que les mesures actuelles de reconfinement partiel dans les départements les plus touchés sont inadéquates pour prendre de vitesse les variants.

Le président Emmanuel Macron a défendu cette semaine sa décision de ne pas imposé un troisième confinement total et de maintenir le mot d'ordre de ne pas fermer les écoles, tout en laissant entendre que d'autres restrictions seraient probablement nécessaires.

Le gouvernement tente aussi d'accélérer la campagne de vaccination, entravée à l'échelle européenne par des retards de livraison d'AstraZeneca qui alimentent des tensions entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Samedi, la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runachier a indiqué que des approvisionnements avaient été sécurisés avec le blocage de doses en Italie. Dimanche soir sur France 2, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune a précisé que cela représentait pour la France au moins deux million de doses supplémentaires qui vont faire partie des approvisionnements dans les prochains jours.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 7.792.945 personnes avaient reçu au moins une injection, selon les dernières données publiées dimanche. En additionnant premières et deuxièmes doses, plus de 10.467.800 injections ont été réalisées. Le gouvernement vise 30 millions de Français vaccinés à la fin du mois de juin.

Le nombre de décès à l'hôpital depuis le tout début de l'épidémie a pour sa part atteint 68.597 personnes dimanche, soit une hausse de 131. La veille, le bilan s'était alourdi de 190 décès à 68.466.

(Gilles Guillaume et Gus Trompiz)