France: la Convention citoyenne pour le climat adopte un grand nombre de mesures

En France, les travaux de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) commencée ce vendredi se prolongent jusqu'à dimanche avec l'adoption de mesures destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre, dessinant un « projet de société » auquel Emmanuel Macron répondra fin juin et qui pourrait déboucher sur un référendum.

Les 150 membres qui participent aux travaux de la Convention citoyenne seront appelés à se prononcer sur l'inscription de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution et à toute une série de mesures concrètes.

Au menu notamment : de nombreuses interdictions qui vont des écrans publicitaires dans l'espace et les transports publics à la fin de l'utilisation des semences OGM et à une taxation plus forte des engrais azotés, mais aussi l'interdiction des terrasses chauffées ou de l'éclairage des magasins la nuit.

Autres mesures en vue aussi : la limitation de la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h ou l'interdiction de la vente des véhicules les plus polluants en proposant l'aide à l'achat de voitures propres.

D'autres propositions qui ont émergé lors de la crise sanitaire du Covid-19, sont, ici, au coeur des débats comme la promotion des circuits courts et du bio dans l'alimentation, le développement du télétravail ou la limitation des vols aériens intérieurs.

Autants de propositions qui, au nom de l'exécutif, seront validées à la fin des travaux par la ministre de la Transition écologique qui s'est dit déjà favorable à l'idée d'un référendum.

À lire aussi : France: dernière ligne droite pour la Convention citoyenne pour le climat