France: un consensus en vue pour un report des régionales de mars 2021

·1 min de lecture

Faut-il reporter les élections régionales et départementales prévues en mars ? Missionné par Jean Castex, l’ancien président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, doit rendre son rapport vendredi 13 novembre. Avant même d’en connaître les conclusions, un consensus politique se dessine sur la nécessité de reporter le vote au mois de juin, pandémie de coronavirus oblige.

« Juin d’accord, mais certainement pas plus tard » : consultée par Jean-Louis Debré, comme tous les chefs de parti, Marine Le Pen est d’accord pour un report de trois mois, mais pas question d’envisager septembre : « La campagne présidentielle aura commencé, on sera déjà dans le recueil des parrainages, et pour cela, il nous faut avoir déjà des élus », explique la présidente du Rassemblement national (RN).

Même idée du calendrier pour la droite, qui avait pourtant pesé pour un maintien du premier tour des municipales au moment de la première vague. Le président des Républicains (LR) Christian Jacob s’est dit favorable à une tenue du scrutin au printemps.

Un avis partagé globalement à gauche où on insiste sur la nécessité de pouvoir faire campagne. Une réserve : que la décision du report se fonde sur des raisons sanitaires et non pas politiciennes, insistent plusieurs ténors.

Avant toute décision définitive Jean Castex consultera à nouveau les différents partis via un courrier. D'autant qu’un autre débat a fleuri ces derniers jours : la possibilité d’autoriser le vote par correspondance pour éviter un nouveau record d’abstention.