France: le Conseil de défense énergétique suscite les critiques de l'opposition

Ce vendredi 2 septembre se tient à l'Élysée un Conseil de défense consacré à la crise énergétique. Emmanuel Macron réunit ministres et experts dans des discussions laissant de côté les partis représentés au Parlement, officiellement en raison de données confidentielles susceptibles d'être évoquées. Un argument qui ne convainc pas au sein des oppositions, vent debout contre « les mauvaises habitudes démocratiques » prises par le chef de l'État.

« Moi, je ne comprends pas, je ne comprends pas... » Interloquée, exaspérée même. Pour la députée écologiste Sophie Taillé Polian, le choix d'Emmanuel Macron d'aborder la crise énergétique en Conseil de Défense est une erreur majeure : « On a quand même bien vu les tensions immenses qui ont été créées lors de la crise Covid, notamment par cette gestion complètement tombée d'en haut et autocratique, et là, on recommence ! On a besoin d'acceptabilité des mesures et donc de débat démocratique, pour savoir de quelle manière gérer la situation… On fait tout l'inverse ! »

Mettre de côté le pouvoir législatif, plus qu'une erreur, c'est un stratagème, pour Laurent Jacobelli. Le député Rassemblement national y voit l'embarras du chef de l'État face au bilan de son premier mandat : « Emmanuel Macron se cache, dit-il, car il sait clairement qu'il sera obligé d'avouer sa part de responsabilité dans la situation actuelle. Je crois que les Français ont besoin de comprendre pourquoi ce même président de la République a en début de quinquennat précédent appuyé sur le frein de la filière nucléaire qui nous amène à la situation actuelle. »


Lire la suite sur RFI