Non, la France coloniale n'a pas "œuvré à répandre l’analphabétisme en Algérie"

·1 min de lecture

En Algérie, le " conseiller mémoriel " Abdelmajid Chikhi a estimé que la France coloniale avait œuvré à répandre l’analphabétisme dans le pays. Outre les mauvaises orientations prises par le régime depuis l'indépendance, notre journaliste Martine Gozlan évoque avec émotion la figure de sa mère, humble institutrice, qui enseigna un temps dans la région de Constantine.

Le préposé à la mémoire du président algérien a encore frappé. Cet Abdelmajid Chikhi que d’aucuns présentent à tort comme " l’alter ego " de l’historien Benjamin Stora de l’autre côté de la Méditerranée, vient de déclarer : " La France coloniale a œuvré pour répandre l’analphabétisme ". Cela fait beaucoup après " La France, ennemi éternel ! " lancé le 8 avril par le ministre du Travail, Hachemi Djaaboub, par ailleurs membre d’un parti islamiste dit " modéré ". Quand on n’a rien à dire ni à offrir à un peuple désespéré qui manifeste sa colère depuis deux ans, on bavasse, on éructe. Et on ment.La dernière sortie de Chikhi appelle en effet plusieurs remarques. Les premières sont historiques. Les secondes me sont personnelles. D’abord, rendons à César, ou plutôt à l’idéologie, ce qui lui est dû. La plus grande tragédie de l’Algérie indépendante, c’est son système éducatif. Alors que l’écrivain Kateb Yacine s’écriait naguère : " La langue française est un butin de guerre ! ", le FLN s’est empressé de piétiner l’héritage." L’école est le premier parti islamiste d’Algérie ! "Sous la houlette d’Ahmed Taleb...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Réunions " en non-mixité " à l'université : la question des discriminations est l’affaire de tous

Vaccination des profs : et s’ils disaient non ?

"Non-mixité : face aux nouvelles attaques, rassembler les républicains des deux rives est d’une impérieuse nécessité"

S'opposer ou laisser faire : les présidences d'universités face aux réunions en non-mixité

Dissoudre les associations pour réunions en non-mixité : l'amendement Unef mort-né ?