La France chante (un peu) en anglais à l'Eurovision : "Cela nous donne une modernité supplémentaire"

Vincent Matalon
Eurovision : ces trois minutes de prestation sur scène "vont faire basculer ma vie"

André Vallini n'est pas content. Lundi 13 mars, l'ancien secrétaire d'État chargé de la Francophonie s'est indigné sur Twitter de l'apparition de quelques lignes d'anglais dans la chanson Requiem d'Alma, qui représentera la France lors de la finale de la 62e édition de l'Eurovision, le 13 mai.

Celui qui occupe désormais le portefeuille des Relations avec le Parlement explique vouloir se dresser contre "l'anglicisation" au nom de "la diversité culturelle". Ce n'est pas la première fois qu'il pousse ainsi un coup de gueule : il s'était déjà indigné, l'année passée, contre la version franco-anglaise de J'ai cherché, le titre chanté par Amir, candidat lors de l'édition 2016 du concours.


Ces propos ont irrité Edoardo Grassi. Interrogé par franceinfo, le chef de la délégation tricolore à l'Eurovision défend un choix "malin" effectué au nom de la "modernité".

Franceinfo : Comment a été prise la décision d'incorporer quelques phrases d'anglais dans le refrain de Requiem ?

Edoardo Grassi : Nous avons fait ce choix en nous nourrissant de l'expérience de l'an dernier, quand Amir avait interprété le refrain de J'ai cherché en partie en anglais [et avait terminé 6e, meilleur classement français depuis 2002]. Je suis un grand partisan de l'exportation de la francophonie à l'étranger de façon intelligente.

Interpréter une chanson uniquement en français est compliqué, car on attire plus difficilement l'attention du public étranger. Intégrer quelques éléments d'anglais permet à ce public de retenir beaucoup plus facilement le refrain, et finalement de chantonner Requiem. Je pense également que (...) Lire la suite sur Francetv info

People et politique : qui soutient qui ?
Jerôme Dreyfuss : "Les vis et les boulons sont une source d’inspiration"
Riad Sattouf revient avec "Les cahiers d'Esther"
"Doreen" au théâtre de la Bastille : l’amour à mort d’André Gorz.
Gastronomie : la cuisine africaine séduit

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages