France: certaines villes coupent l'éclairage public la nuit pour faire des économies

Couper l'éclairage public pour faire des économies, c'est un discours qui revient de plus en plus avec la hausse record du coût de l'énergie, conséquence de la guerre en Ukraine et de l'inflation. Faire des économies, avec de la sobriété, c'est peut-être ça la solution dans de grandes villes comme Nantes ou Saint-Nazaire. Dans l'ouest de la France, chaque commune se pose des questions pour faire des économies, même si certaines ont une longueur d'avance.

C’est le cas de Saint-Nazaire : après une expérimentation lancée en 2018, quasiment toute la ville n’a pas d’éclairage public de minuit à 5h du matin, rapporte notre correspondant à Nantes, Matthieu Bonhoure.

« Les économies, on les a évaluées à l’époque à environ 1,25 million kilowattheures par an », affirme Christophe Cotta, l’adjoint au maire, en charge de l’urbanisme. Soit la consommation moyenne de 560 ménages par an. Mais au début, de nombreux Nazairiens avaient peur des cambriolages : « On sait que ce n’est pas le cas, poursuit Christophe Cotta, 80% des cambriolages se font en pleine journée, et ce n’est pas, en tout cas, l’extinction nocturne qui crée l’insécurité. »

► À écouter aussi : Les économies d’énergie, une passerelle vers la sobriété?

Une mesure qui devrait être élargie

L’autre priorité est le changement pour des éclairages à LED, cela permet une baisse de consommation de 70 à 80% par lampadaire, selon Nantes métropole.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles