France: en campagne dans sa circonscription, Borne réagit à l'affaire Abad

Ce week-end, la Première ministre française Borne était en déplacement en Normandie, où elle se présente pour la première fois aux élections législatives. Sur place, elle a été rattrapée par ses responsabilités nationales, et notamment par la polémique entourant son nouveau ministre des Solidarités. Damien Abad est accusé de viol par deux femmes, selon le site d'information Mediapart.

Avec notre envoyée spéciale dans le Calvados, Lucile Gimberg

Vêtements de seconde main, laine à tricoter et objets de brocante. Sur la place du village de Thury-Harcourt, Élisabeth Borne a passé plus d'une heure entre les stands du vide-grenier, flanquée de son suppléant pour les législatives.

Souriante, elle a accepté les « selfies » et répondu aux interpellations des habitants : sur les promesses du gouvernement pour améliorer le système de santé, sur les aides pour les familles avec enfants handicapés, ou encore sur la plantation d'arbres pour lutter contre le dérèglement climatique.

Le premier projet de loi qui sera examiné par l'Assemblée après les élections législatives, portera précisément sur le pouvoir d'achat. Je crois qu'il y a aussi tous les sujets sur l'écologie, on ne va pas présenter des mesures dès le premier Conseil des ministres, mais les ministres seront sur le terrain. Par exemple, Brigitte Bourguignon va être sur le terrain. On a d'abord des sujets sanitaires qu'il faut suivre de près. On a aussi une pression sur les services d'urgence dont on est bien conscients pour cet été. Donc les ministres sont au travail : la ministre de la Santé est au travail ; le ministre de l'Éducation nationale aura aussi des déplacements sur le terrain très prochainement ; et c'est un enjeu majeur d'accompagner nos enfants, d'assurer l'égalité des chances et l'excellence.

Rattrapée par les affaires

La candidate à la députation dans la 6e circonscription du Calvados a eu beau insister, dire qu'elle était là en « locale » – ma famille est originaire du département, nous a-t-elle répété –, pour ces Normands qui la croisaient pour la première fois, elle avait surtout sa casquette de cheffe du gouvernement.

Et Mme Borne a été également rattrapée, pendant son déplacement, par les révélations du journal en ligne Mediapart, concernant son ministre des Solidarités Damien Abad, accusé de viol par deux femmes en 2010 et 2011.

Interrogée par la presse à ce sujet, la Première ministre s'est montrée ferme. « Il ne peut y avoir aucune impunité », a-t-elle affirmé, promettant d'en « tirer toutes les conséquences », si la justice était à nouveau saisie de ces affaires présumées.

Bien évidemment, je n'étais pas au courant. Je vais être très claire : sur tous ces sujets de harcèlement, d'agression sexuelle, il ne peut y avoir aucune impunité. Et il faut continuer à agir pour que les femmes qui peuvent être victimes d'agression, de harcèlement, puissent libérer leur parole, qu'elles soient bien accueillies pour déposer plainte. Moi, j'ai découvert l'article de Mediapart hier, je n'ai pas plus d'éléments que le fait que l'affaire a été classée sans suite. Je peux vous assurer que s'il y a des nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences de sa décision.

►Lire aussi : Gouvernement Borne, des ministres dans le viseur des associations féministes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles