La France a besoin de clarté

Libération.fr

Il faut voter sans ambiguïté pour Emmanuel Macron. La ligne du quinquennat sera scellée avec les législatives.

Dimanche, par leur vote, les Français feront un choix historique. Nous savons déjà qu’ils ne se prononceront pas dans le cadre d’une alternance démocratique classique. Ce que leur vote mettra en jeu, c’est l’ancrage européen de la France, c’est la résistance de son économie face à la concurrence mondiale. C’est enfin sa volonté de continuer à faire vivre les valeurs de la République, alors que la menace terroriste demeure élevée. D’un côté, l’Union européenne, fragilisée par le Brexit, ne résisterait pas au nouveau choc que constituerait l’arrivée au pouvoir en France d’un gouvernement ouvertement europhobe. Ce sont les principes édictés par les pères fondateurs du projet européen, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, pour garantir à l’Europe la paix, la solidarité et la prospérité qui seraient ainsi brutalement abandonnés. Les nationalismes, dont François Mitterrand avait raison de dire qu’ils préparent à la guerre, en sortiraient renforcés. Sur un tel chemin, la France se trouverait isolée, sa parole serait abaissée et sa crédibilité durablement entamée.

La sortie de la zone euro aurait pour principale conséquence d’appauvrir les plus modestes des Français, dont l’épargne perdrait en valeur sous l’effet de l’inflation, alors même que les plus riches pourraient conserver des comptes en euros, pour préserver leur patrimoine et leurs intérêts. Sur le plan économique, le protectionnisme dont se réclame Marine Le Pen priverait nos entreprises qui exportent de la possibilité de continuer à le faire, brisant une dynamique où l’innovation technologique, l’ouverture aux échanges et la formation des ressources humaines permettent à des millions de salariés français de travailler dans des entreprises compétitives, ayant une renommée mondiale. Sur le site de Whirlpool, où mon gouvernement est résolument engagé dans une démarche de réindustrialisation, Marine (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Divisée, la gauche meurt, rassemblée, elle vit et pèse
Pas sans moi le 7 mai
Cédric Villani : «S'abstenir, c'est donner la moitié de son vote à Marine Le Pen»
Ne nous soumettons pas !
L'élection de Macron doit servir à remobiliser les classes populaires

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages